Aubrac perché sur le plateau

Aubrac est un village de la commune de Saint Chely d’Aubrac, dans le département de l’Aveyron. Il se situe sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Ce petit village doit son existence à la création au XIII siècle d’un hôpital monastique, la domerie d’Aubrac, duquel il a hérité son nom. Ce nom évoque généralement un lieu élevé. Aubrac se situe à une altitude d’environ 1310 mètres, le village d’Aubrac est le plus haut du département de l’Aveyron et un des plus élevé du Massif Central. A 20 kilomètres d’Aubrac on trouve également le village de Laguiole qui a donné son nom au couteau Laguiole en 1829.

Le monastère et l’hôpital ont été créés par les moines en 1120 pour venir en aide aux pèlerins dans cette contrée sauvage. En 1953, le monastère se dotant d’une tour de 30 mètres destinée à lutter contre les brigands, qui infectaient la région mais aussi pour protéger des exactions infligées par les Anglais, d’où son nom de Tour des Anglais.
Il ne subsiste aujourd’hui que trois des nombreux bâtiments qui composent l’ancienne domerie :
– La Tour des Anglais,
– Une partie des bâtiments de l’ancien hôpital,
– Et l’Eglise Notre-Dame-des-pauvres.
Le clocher de l’église abrite une cloche « Maria » dite « cloche des perdus ». Sur ces lieux de solitude, rendus parfois dangereux par les voleurs ou par son climat rigoureux avec les vents du nord, la bise, l’écir, apportant la neige tout l’hiver, le pèlerin des chemins de Saint Jacques de Compostelle pouvait trouver le gîte et le couvert dans l’hospice d’accueil en se guidant au son de cette cloche.

Dans les années 1890, le docteur Saunal préconise des séjours en altitude pour soigner des problèmes pulmonaires. En 1902, Aubrac inaugure son sanatorium, où les curistes peuvent suivre une cure d’air et de « petit lait », dit la « gaspe » en occitan, issu de la fabrication du fromage de Laguiole.
Au milieu du XXe siècle, l’arrêt des cures, conjugué à un exode rural marqué, et à une rapide diminution puis à l’arrêt de la production fromagère traditionnelle dans les burons ; a pour conséquence un abandon de l’activité.

Sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle, les pèlerins viennent de vers Nasbinals en autre, en parcourant les pâturages d’estive du haut plateau d’Aubrac et en utilisant les anciens chemins, dit les « drailles », sur lesquels circulaient les hommes et les troupeaux transhumants.
Il n’existe pas dans Aubrac de commerce de proximité. De nombreuses personnes viennent dans la région pour visiter le village de Laguiole. Il est réputé pour sa coutellerie et en particulier pour le couteau Laguiole. Les bergers utilisent le couteau Laguiole depuis 200 ans au quotidien. Le tourisme représente l’essentiel de l’activité avec une grande fête pour la montée des troupeaux en festive au mois de mai : la Transhumance.

En 2000, le syndicat mixte des communes de l’Aubrac créé la « Maison de l’Aubrac », espace destiné à présenter le plateau de l’Aubrac à travers des expositions, des scénographies, des animations… À côté de cet endroit se trouve le jardin botanique, qui présente environ 650 espèces végétales présentes dans le milieu naturel de l’Aubrac.
A côté du village d’Aubrac, on peut voir une croix en pierre, appelé « croix des 3 Évêques », qui se trouve à l’intersection de trois départements (Aveyron, Cantal et Lozère) et des trois régions (Auvergne, Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon) avant la refonte de nos régions.
Aubrac se situe en Aveyron, tout comme Laguiole qui est également un village emblématique de la région. Cependant, la fabrication du couteau Laguiole est partagée depuis des décennies entre Thiers et Laguiole.

Publié dans Couteaux Fontenille-Pataud