Laguiole Fontenille Pataud

Le Thiers Nature en Phacochère

Le couteau Le Thiers tient son nom de la ville du même nom situé en Auvergne, dans le Puy-de-Dôme. Le Thiers est un modèle déposé auprès de l’INPI (Institut National de la Propriété Industrielle) par la Confrérie du Couteau de Tié en juillet 1994. Celle-ci regroupe les passionnés du couteau professionnels ou amateurs, et œuvre pour le maintien d’un haut niveau de qualité dans la fabrication des couteaux comme en témoigne la « Jurande » signée par tous ses adhérents.
Le couteau le Thiers doit être fabriqué en respectant des règles de qualité très strictes. Pour garantir l’authenticité et la territorialité du modèle Le Thiers, toutes les pièces détachées et toutes les étapes de fabrication doivent être entièrement réalisées dans le bassin Thiernois.

couteau le thuiers

Le Thiers Nature en phacochère de la Maison Fontenille Pataud est plus élancé et léger que son grand frère le Thiers Gentleman. Il est un des rares modèles de Thiers à ouverture facile et à blocage de lame. À la fin du manche de ce Thiers se trouve un système de pompe arrière pour fermer votre couteau en parfaite sécurité. Cette partie-là peut également servir de bélière sur laquelle vous pouvez accrocher une chainette. Afin d’obtenir un bon équilibre entre le manche et la lame, une gorge a été fraisée à l’arrière du ressort permettant à la lame d’être repliée à l’intérieur.
Le Thiers saura se faire discret dans votre poche avec un poids plume de 100 g pour 11,5 cm fermés, et élégants jusqu’au restaurant par sa taille ouvert de 20 cm qui fait de lui un véritable couteau de table. Son ressort est ciselé à la main et possède une solide butée de lame qui vous permettra de claquer votre couteau sans que celle-ci frappe le fond du couteau à la fermeture.
Le Thiers Nature en phacochère est fabriqué à partir d’une dent car avec celle-ci on ne peut réaliser qu’un seul couteau. Le phacochère est un mammifère plutôt présent en Afrique du Sud ou de l’Est. Ses deux défenses dirigées vers le haut peuvent atteindre 60 cm chez les vieux individus. Elles lui servent notamment à déterrer des racines ou des bulbes, mais aussi à se défendre lorsqu’il charge ses prédateurs. La dent du phacochère apporte une certaine rusticité à votre Thiers, du fait de sa couleur du blanc au brun en passant par le rosé. Ses aspérités peuvent vous faire penser à des défauts qui n’en sont pas, c’est juste la matière qui est comme ça.
Pour les amateurs de chasse ou bien pour les collectionneurs, posséder un Thiers Nature en phacochère est tout à fait courant de nos jours.

Publié dans Couteaux Fontenille-Pataud

Le Thiers® en vidéo

Notre ami Stefan Schmalhaus nous fait l’honneur de réaliser une vidéo exceptionnelle sur notre famille de couteaux le Thiers® avec blocage de lame par pompe arrière, à découvrir sans tarder. A noter que le Thiers® Pocket arrive dès le mois de janvier sur notre site : www.fontenille-pataud.com

Merci Stefan 😉

Publié dans Couteaux Fontenille-Pataud

Le Laguiole XS Bois de Fer

Chaque région de France possède une histoire singulière, un patrimoine culturel et des traditions, il est intéressant de noter que le couteau fait très souvent parti de cet ensemble. Au départ outil de travail, qui est le prolongement de la main de l’homme, le couteau a bien souvent intégré et propagé les coutumes locales et la vie des habitants d’une région.
La légende du couteau Laguiole est un bel exemple de cette transmission puisque ce couteau créé par des paysans du Massif Central, et plus particulièrement de l’Aubrac, a permis de faire connaitre cette région à travers le monde et y contribue encore de nos jours.

Le Laguiole XS et son blocage de lame

Les petits couteaux Laguiole ont toujours été délaissé par les fabricants qui les désignent injustement comme « couteaux de dame ou pour enfants ». La qualité est généralement médiocre.
Le couteau Laguiole XS Bois de Fer de la coutellerie Fontenille Pataud est le plus petit couteau que nous proposons. Le couteau Laguiole XS 9 cm se fera très discret dans votre poche de costume ou au fond de votre sac à main pour vous Mesdames.

Laguiole 9 cm avec blocage de lame

En quelques années, le Laguiole XS est devenu la star du segment des petits couteaux Laguiole grâce à sa mécanique de précision qui permet une ouverture et une fermeture facile. Le Laguiole XS Bois de Fer offre aussi un usage en parfaite sécurité puisque sa lame est bloquée en position ouverte. Il est parfait pour ceux qui veulent un couteau discret mais efficace.
Le couteau Laguiole XS Bois de Fer dispose d’une lame en acier inoxydable 14C28. Ce couteau Laguiole peut être le choix ultime pour un collectionneur ou pour un utilisateur exigeant.
Pour la fabrication du manche de nos couteaux Laguiole, nous sélectionons nos matières avec le plus grand soin. Tous les matériaux, utilisés à la confection du manche du couteau Laguiole XS, sont de premier choix afin de satisfaire le client dans l’utilisation de son couteau.

Ce couteau Laguiole XS a un manche en Bois de Fer. Le bois de Fer est un bois extrêmement dur, d’un très beau poli, allant d’un beige soutenu à un marron plus ou moins foncé et présentant des marbrures tigrées et des reflets dorés. C’est un des bois les plus lourds et les plus denses qui existent, il ne flotte pas. Il est généralement centenaire : il s’agit d’un bois rare et précieux, qui ne peut être sculpté que lorsqu’il est mort d’une façon naturelle et séché sur place pendant 3 ans environ. Il est originaire d’Arizona.
Le couteau Laguiole XS Bois de Fer : un petit plaisir dans la poche !

Publié dans Couteaux Fontenille-Pataud

La gentiane

La gentiane jaune pousse sur l’Aubrac entre 800 et 1300 mètres d’altitude. Elle peut atteindre 2 mètres de haut d’où son surnom de « gratte-ciel végétal ». La plante met une vingtaine d’années à acquérir sa taille adulte. De jolies fleurs d’un jaune éclatant apparaissent après 8 à 10 ans d’existence et ne refleurissent que tous les deux ans. Mais ce sont surtout ses racines charnues, appelés rhizomes, qui peuvent avoir 1 mètre de long et peser 5 kg, qui sont utilisées pour différentes utilisations.
Pour récolter les rhizomes, on fait appel à un homme, appelé « gentianaire » ou « gençainaire » en patois. Ses racines sont profondément enfouies dans le sol et c’est un travail de titan que de déterrer ces précieux rhizomes, car c’est un travail exclusivement manuel.
L’arrachage des racines commence en juin et se poursuit jusqu’en octobre. Pour effectuer la récolte, le gentianaire utilise 2 outils très spécifiques :
– Une pioche, appelée « ancre », qui servait plutôt autrefois de levier pour déterrer les rhizomes,
– De nos jours, ils utilisent une fourche métallique, pesant au minimum 12,5 kg, nommé par ses hommes « La Fourche du Diable ».
Cette fourche est étroite, dont le fourchon en métal est doté de 2 longues dents droites ou légèrement courbées, pouvant atteindre en moyenne 1 mètre de long. Ses dents ont été renforcées pour permettre un arrachage facilité et surtout pour résister à la pression due à l’extirpation des racines. Elle est également munie d’une sorte de marche pied, ou de deux cale-pieds de part et d’autre, sur lesquels le gentianaire saute pour enfoncer les dents dans le sol. Un bon arracheur peut extraire en moyenne 200 à 300 kg de rhizomes par jour, à la simple force de ses bras.
La récolte du jour est placée dans des grands sacs de jute laissant pénétrer l’air, ce qui évite toute fermentation. Ensuite, ils procèdent au nettoyage des racines avec l’aide d’un couteau Laguiole. Il faut patiemment et soigneusement retirer le plus de terre possible, couper les bourgeons et radicelles.
La cargaison de racines est livrée à la coopérative où elle sera :
– Soit macérée, distillée pour être utilisés dans la fabrication de liqueurs ou apéritifs. Elle est également utilisée dans d’autre pays pour la fabrication de leur propre boisson comme en Suisse, en Italie, en Allemagne, en Autriche…
– Soit séchée en serre pendant environ trois semaines et vendues l’hiver pour être utilisés en pharmacie herboriste.
La racine de gentiane est employée depuis l’antiquité pour ses vertus digestives, toniques, dépuratives, fébrifuges, rafraîchissantes, reconstituantes… Elle figure dans la liste des plantes médicinales. Elle stimule également l’appétit.
Comme les gentianaires de l’Aubrac, surveillez la grandeur de la lampe florale des gentianes jaunes, car elle annonce la hauteur de neige de l’hiver à venir.

Publié dans Couteaux Fontenille-Pataud

Aubrac perché sur le plateau

Aubrac est un village de la commune de Saint Chely d’Aubrac, dans le département de l’Aveyron. Il se situe sur le chemin de Saint Jacques de Compostelle. Ce petit village doit son existence à la création au XIII siècle d’un hôpital monastique, la domerie d’Aubrac, duquel il a hérité son nom. Ce nom évoque généralement un lieu élevé. Aubrac se situe à une altitude d’environ 1310 mètres, le village d’Aubrac est le plus haut du département de l’Aveyron et un des plus élevé du Massif Central. A 20 kilomètres d’Aubrac on trouve également le village de Laguiole qui a donné son nom au couteau Laguiole en 1829.

Le monastère et l’hôpital ont été créés par les moines en 1120 pour venir en aide aux pèlerins dans cette contrée sauvage. En 1953, le monastère se dotant d’une tour de 30 mètres destinée à lutter contre les brigands, qui infectaient la région mais aussi pour protéger des exactions infligées par les Anglais, d’où son nom de Tour des Anglais.
Il ne subsiste aujourd’hui que trois des nombreux bâtiments qui composent l’ancienne domerie :
– La Tour des Anglais,
– Une partie des bâtiments de l’ancien hôpital,
– Et l’Eglise Notre-Dame-des-pauvres.
Le clocher de l’église abrite une cloche « Maria » dite « cloche des perdus ». Sur ces lieux de solitude, rendus parfois dangereux par les voleurs ou par son climat rigoureux avec les vents du nord, la bise, l’écir, apportant la neige tout l’hiver, le pèlerin des chemins de Saint Jacques de Compostelle pouvait trouver le gîte et le couvert dans l’hospice d’accueil en se guidant au son de cette cloche.

Dans les années 1890, le docteur Saunal préconise des séjours en altitude pour soigner des problèmes pulmonaires. En 1902, Aubrac inaugure son sanatorium, où les curistes peuvent suivre une cure d’air et de « petit lait », dit la « gaspe » en occitan, issu de la fabrication du fromage de Laguiole.
Au milieu du XXe siècle, l’arrêt des cures, conjugué à un exode rural marqué, et à une rapide diminution puis à l’arrêt de la production fromagère traditionnelle dans les burons ; a pour conséquence un abandon de l’activité.

Sur les chemins de Saint Jacques de Compostelle, les pèlerins viennent de vers Nasbinals en autre, en parcourant les pâturages d’estive du haut plateau d’Aubrac et en utilisant les anciens chemins, dit les « drailles », sur lesquels circulaient les hommes et les troupeaux transhumants.
Il n’existe pas dans Aubrac de commerce de proximité. De nombreuses personnes viennent dans la région pour visiter le village de Laguiole. Il est réputé pour sa coutellerie et en particulier pour le couteau Laguiole. Les bergers utilisent le couteau Laguiole depuis 200 ans au quotidien. Le tourisme représente l’essentiel de l’activité avec une grande fête pour la montée des troupeaux en festive au mois de mai : la Transhumance.

En 2000, le syndicat mixte des communes de l’Aubrac créé la « Maison de l’Aubrac », espace destiné à présenter le plateau de l’Aubrac à travers des expositions, des scénographies, des animations… À côté de cet endroit se trouve le jardin botanique, qui présente environ 650 espèces végétales présentes dans le milieu naturel de l’Aubrac.
A côté du village d’Aubrac, on peut voir une croix en pierre, appelé « croix des 3 Évêques », qui se trouve à l’intersection de trois départements (Aveyron, Cantal et Lozère) et des trois régions (Auvergne, Midi-Pyrénées et Languedoc Roussillon) avant la refonte de nos régions.
Aubrac se situe en Aveyron, tout comme Laguiole qui est également un village emblématique de la région. Cependant, la fabrication du couteau Laguiole est partagée depuis des décennies entre Thiers et Laguiole.

Publié dans Couteaux Fontenille-Pataud